Les produits de la mer durables (incluant les poissons, les invertébrés et les plantes aquatiques comme les algues marines) peuvent être à la fois attrapés dans la nature ou cultivés dans des systèmes d’aquaculture (aussi connu sous le nom d’élevage).

Ocean Wise a des recommandations qui couvrent les deux méthodes de production, mais la science derrière la façon dont ces recommandations sont émises varie entre ces deux méthodes.

Ce blogue explore la façon dont les produits de la mer élevés en eau douce et en eau salée dans les systèmes d’aquaculture sont recommandés.

L’histoire de l’aquaculture 

L’aquaculture consiste en l’élevage d’animaux et de plantes dans des environnements aquatiques. Cette pratique produit plus de la moitié des produits de la mer qui sont consommés à l’échelle mondiale (ONUAA 2020).

L’aquaculture est une pratique observée depuis des milliers d’années. En Chine, il existe des preuves que l’élevage de carpe est pratiqué depuis 1100 av. J.-C. Le dernier siècle a connu une explosion dans la production de l’aquaculture à travers les océans et les eaux intérieures (Hishamunda & Subasinghe, 2003). Il s’agit du secteur de production alimentaire qui croît le plus rapidement au monde, et entre les années 1990 et 2018, la production d’aquaculture a bondi de 527 pour cent (ONUAA 2020). 

L’aquaculture donne un emploi direct à plus de 20 millions de personnes mondialement et produit 116 millions de tonnes annuellement (en 2018), ce qui permet de nourrir des millions de familles (ONUAA 2020). Tout comme l’élevage sur la terre, l’aquaculture peut avoir un large spectre de conséquences sur l’environnement en raison des différences dans les méthodes de production et des espèces d’élevage.

Comment Ocean Wise Seafood évalue-t-elle les produits de l’aquaculture ? 

Toutes les recommandations d’Ocean Wise Seafood découlent d’une évaluation de durabilité basée sur un résultat de performance environnementale de la pêcherie ou de l’exploitation aquacole.  

Lorsqu’il est question d’aquaculture durable, l’important est de minimiser les intrants dans le système afin de réduire les extrants nuisibles qui peuvent causer des effets indésirables sur les espèces et/ou les habitats avoisinants. Les espèces qui peuvent être élevées sans moulée ou sans agents thérapeutiques, comme des produits chimiques et des médicaments pour rester en santé, ont tendance à être meilleur du point de vue environnemental que les autres.

Évaluation des produits de la mer provenant de l’aquaculture  

La majorité des recommandations pour les produits de la mer d’élevage sont basées sur les évaluations du programme Seafood Watch (SFW) du Monterey Bay Aquarium et de leurs standards pour les espèces élevées en aquaculture. Les standards du SFW sont considérés comme étant les meilleurs pour le développement des programmes de recommandations de produits de la mer durables. Chaque évaluation est basée sur la stabilité de l’environnement d’une espèce spécifique de produit de la mer. OWS recommande également quelques produits de la mer d’élevage qui sont écocertifiés lorsqu’il est possible de comparer l’évaluation de l’écocertification à celle du programme de Seafood Watch. Ces recommandations seront approfondies dans un prochain blogue. Les systèmes d’aquaculture sont évalués selon les 10 critères des standards du SFW : 

  1. Les données : y a-t-il de l’information de qualité sur les conséquences environnementales de l’ensemble de l’opération ? 
  2. L’effluent : quels déchets sortent de la ferme ? Est-ce que les eaux usées sont traitées ? 
  3. Effets sur l’habitat : est-ce que la ferme nuit directement aux habitats sensibles ou essentiels par son fonctionnement ou son emplacement ? 
  4. Utilisation de produits chimiques : est-ce que des produits chimiques dommageables sont utilisés pendant la production ? 
  5. Alimentation : est-ce que l’espèce d’élevage est nourrie ? Si elle est nourrie, est-ce que la nourriture provient d’une source durable ? 
  6. Les espèces qui s’évadent ou s’introduisent : quel est le niveau de risque associé aux fuites potentielles de l’espèce d’élevage dans le milieu environnant ? 
  7. Maladies, agents infectieux, interactions parasitaires : quels sont les risques que les maladies ou les parasites de la ferme aient des répercussions sur les populations sauvages ? 
  8. Provenance du stock : est-ce que les espèces sont issues d’une source durable pour l’exploitation de la ferme ? 
  9. Mortalité causée par des prédateurs et des espèces sauvages : est-ce que les interactions avec les prédateurs et les espèces sauvages sont maintenues au minimum ? 
  10. Fuites d’espèces secondaires : quel est le niveau de risque de fuites d’espèces secondaires (comme la nourriture vivante ou les parasites) ?

Interprétation de la cote finale 

L’ampleur des recommandations pour l’aquaculture varie grandement d’espèce en espèce. Certains rapports évaluent une seule méthode pour une seule espèce mondialement alors que d’autres sont spécifiques à un pays ou à une province. Comprendre la différence de l’ampleur de toutes les évaluations des systèmes d’aquaculture peut être difficile, si vous avez des questions, nous vous encourageons à nous écrire !

Quelques recommandations pour l’aquaculture peuvent s’appliquer à une méthode et à une espèce mondialement, comme l’élevage d’huîtres au niveau mondial :

D’autres rapports peuvent avoir une plus grande couverture et traiter d’une seule méthode d’élevage de produits de la mer au niveau mondial, peut importe l’espèce ou l’emplacement. L’un de ces rapports est celui de recirculation des systèmes d’aquaculture au niveau mondial (RSA) qui contient deux recommandations, l’une pour la RSA mondial sans le traitement des eaux usées (cote finale de 6,63) et l’autre pour la RSA mondial avec le traitement des eaux usées :

Finalement, plusieurs rapports sont très précis et portent sur une seule espèce, élevée avec une seule méthode dans un emplacement spécifique. Par exemple, la cote finale ci-dessous est pour l’élevage de saumons de la Norvège avec des enclos en filet ouverts :

Chaque évaluation des produits de la mer (ou pour certains cas, uniquement le système de production, comme pour la RSA) est faite à l’aide des 10 critères définis dans les standards du SFW. La cote finale de tous les critères est ce qui détermine la recommandation Ocean Wise : tout ce qui est plus élevé que 5,5 sur 10 est recommandé par Ocean Wise (sans cote critique) et toute cote moins élevée ou qui comprend une cote critique ne l’est pas.

Choisir des produits de la mer durables 

Lorsqu’il est question de choisir des produits de la mer d’élevages durables, comprendre les répercussions de nos choix en tant que consommateur peut faire toute la différence. Les produits de la mer d’élevage les plus performants mondialement sont les bivalves : les huîtres, les moules, les palourdes et les pétoncles. Ces produits de la mer d’élevage sont de très bons choix annuellement tant sur le plan de la durabilité que pour le portefeuille. Les moules sont un très bon choix durable et économique.

Consultez notre site Web pour trouver nos recommandations sur les produits de la mer d’élevage !


Traduit par Traduction LFV Inc.

Aquablog written by the Ocean Wise Seafood Science Team.

References: 

FAO. 2020. The State of World Fisheries and Aquaculture 2020. Sustainability in action. Rome. https://doi.org/10.4060/ca9229en

Hishamunda, N.; Subasinghe, R. 2003. Aquaculture development in China: the role of public sector policies. FAO Fisheries Technical Paper. No. 427. Rome, FAO. 

Seafood Watch Consulting Researcher. 2020. Oysters Worldwide: Bottom and Off-bottom Culture. Seafood Watch, Monterey Bay Aquarium, California. 

Seafood Watch Consulting Researcher. 2020. Global Recirculating Aquaculture Systems, All Species. Seafood Watch, Monterey Bay Aquarium, California. 

Seafood Watch Consulting Researcher. 2017. Atlantic Salmon Marine Net Pen Norway. Seafood Watch, Monterey Bay Aquarium, California. 

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.